Euroligue suite ... et fin

En évitant les équipes italiennes, notre poule pourrait sembler moins difficile mais Maxime absent risque de rendre la tâche ardue.
Elle se compose des 3ème et 4ème du classement : les danois de nyborg et les suisses de campania berna ainsi que les belges de STBA.

Nous commençons par les suisses qui remportent assez facilement les simples contre Claude et Michael. Le double est très disputé, je rate un filotto qui nous aurait donné le gain du set alors que nous jouons pour 2 points. Les suisses concluent au coup suivant 100 à 98.
Le relais n’est plus décisif sauf pour les points de sets et nous échouons de 4 points... 160 a 156 !

Le 2ème match contre les belges ne doit pas nous échapper pour avoir une chance de passer. Claude perd le simple, les 2 autres rencontres sont gagnées facilement. Le relais est également une formalité.
Nyborg est notre dernière rencontre et il faut aller chercher le plus de points de sets car nous sommes à égalité avec ikast (Danemark).

La stratégie est adaptée et Claude et moi jouons les simples pour donner une chance au double : ce fût payant !
Le relais est très disputé mais perdons 160 à 146. L’exploit n’était pas loin. Nous accédons tout de même aux 1/4 de finale.
Le reclassement nous met en face l’équipe italienne trick shot leader du classement général et en tête de ce tour.

Nous décidons de garder la formation précédente. Je rencontre quarta (champion du monde) et réalise une prestation très honorable en lui arrachant 50 points.
Claude de son côté inquiète Massimo et s’incline 100 à 86.
Tout repose sur le double et là Michael et sylvain nous sortent un superbe set et créent la surprise : d’agostino et sagnella s’arrêtent à 92. Nous les obligeons à aller au relais pour la qualification en 1/2.
Je démarre pas bien le relais et le reste de l’équipe fait guère mieux... nous craquons littéralement devant des italiens qui ne rate plus grand chose... notre marqueur ne dépasse pas 85 points, le rêve s’arrête là !

Nombre d’autres joueurs sont venus saluer notre parcours de ce w-e et noter notre progression.
Nous avons encore engrangé de l’expérience et de la maturité dans cette équipe rouennaise.
Ce fut une belle aventure européenne mais la marche est encore trop haute pour battre ces italiens.

Article proposé par Laurent Jacq